Un quartier, des jeunes mobilisés

Depuis le 17 février, ils sont 5, du quartier Niederbronn-Zola, à sillonner les rues et bâtiments du quartier pour remettre aux habitants des canisacs (2 par famille). Objectif affiché ? Sensibiliser la population aux nuisances provoquées par les déjections canines.

“Au départ, l’association Jeunes et Cité a initié un chantier rémunéré pour rénover les murs intérieurs de la Maison des Quartiers Sud”, rappelle Laëtitia, conseillère à la Mission Locale du Lunévillois*. “Les jeunes qui n’ont pas été retenus se sont alors demandés ce qu’ils pouvaient faire pour leur quartier et sa valorisation.”
C’est une initiative autour de la propreté qui a été plébiscitée, de nombreuses déjections canines jonchant rues, parcs et massifs.

Soutenus par la Mission Locale qui les suit et les épaule dans leurs démarches, Bryan, Zakariya, Christopher, Jordan et Bryan se retroussent les manches pour assurer la distribution de 1600 sacs nécessaires au ramassage des déjections canines. Des sacs gracieusement offerts par la Ville de Lunéville, ravie de cette initiative.
“A la mairie, nous sommes agréablement surpris de voir comment les jeunes se mobilisent pour leur ville, pour leur quartier”, a souligné Catherine Laurain, 4e adjointe déléguée aux parcs et jardins, à l’environnement et au développement durable. “Depuis l’an dernier, toute une série d’initiatives voient le jour, dans tous les domaines, proposées par des jeunes, qu’ils soient lycéens, étudiants ou apprenants à l’école de la 2e chance. C’est vraiment génial.”

Les 5 jeunes de Niederbronn-Zola qui ont entre 18 et 21 ans sont un peu comme des ‘grands frères’. Ils n’hésiteront pas à prêcher la bonne parole auprès de tout ceux qu’ils rencontreront sur leur parcours.
Les canisacs sont accompagnés d’un flyer explicatif, financé par la Mission Locale.

Pour accompagner au mieux cette action, Catherine Laurain a également rappelé qu’un nouveau distributeur de canisacs serait prochainement installé dans le quartier.

* la Mission Locale du Lunévillois suit environ 2300 jeunes, de Lunéville à Badonviller, de Blainville-sur-l’Eau à Einville-au-Jard.
“Nous aimerions que ce type d’action qui a vu le jour à Lunéville puisse aussi se développer sur les autres territoires”, insiste Laëtitia. “Notre devoir est de porter toutes les initiatives et de travailler avec les collectivités, les entreprises, les associations. Nous avons besoin de ce maillage partenarial pour plus de visibilité et pour pouvoir repérer aussi les publics invisibles, ces jeunes qui sont hors cadre scolaire et hors réseau.”

Cliquez sur les images pour agrandir